Focus sur le neuvième art

Tout art est mondial. Tintin et les personnages de son univers, le sont aussi. Longtemps considérée comme une puérilité sans intérêt, la Bande Dessinée a fini par imposer ses marques et marquer toutes les générations de son empreinte. Présente aujourd’hui dans toutes les bibliothèques et ayant au moins attiré une fois la vue de toute personne vivante, cet art mérite que l’on s’intéresse à lui. Lumière sur la Bande Dessinée !

La Bande Dessinée, que cela signifie ?

La Bande Dessinée ou BD, c’est le 9e Art. Appelé banda desenhada en portugais, comic chez les Américains, ou encore história em quadrinhos au Brésil, c’est un art mondialement connu. Il existe sous différentes formes. C’est la raison pour laquelle, les auteurs et théoriciens sont encore partagés sur une définition unique. Cependant, la bande dessinée peut être définie comme l’art permettant de raconter une histoire, par une suite de dessins. C’est une suite d’images organisées en vue de raconter une histoire. Pour H. Filippini, « la bande dessinée est une suite de dessins contant une histoire ; les personnages s’y expriment par des textes inscrits dans des bulles ». Elle est aujourd’hui, reconnue comme une forme de littérature et étudiée dans les cours de Littérature de l’enfance et de Jeunesse, à l’Université.

Histoire du neuvième art

Plusieurs acteurs font remonter les origines de la bande dessinée, à la période préhistorique. Mais, tout le monde s’accorde à reconnaître Rodolphe Töpffer comme le précurseur de la bande dessinée contemporaine, notamment avec son œuvre, l’Histoire de Monsieur Jabot, en 1827. Durant le XIXe siècle, la BD se répand à travers les États-Unis et l’Europe, grâce à la presse. On retient le quotidien comics tips aux États-Unis. En 1930, si elle était toujours destinée à l’enfance en Europe, la bande dessinée avait élargi sa cible aux États-Unis. Elle touchait déjà les adolescents et certains adultes y prenaient goût.

Dans l’entre-deux-guerres, la BD atteint son âge d’or. La figure du superhéros, fait son entrée en jeu. Avant la seconde guerre, Superman, Batman et les autres héros américains, s’imposent à l’Europe. Dans le même temps, le dessinateur belge, Hergé, sort Les aventures de Tintin, qui remportent un véritable succès. Par la suite, plusieurs œuvres de bande dessinée verront le jour. On note : le journal de Spirou et aussi Astérix qui connaît un succès international. Au lendemain de la seconde guerre, le genre manga voit le jour au Japon, avec Osamu Tezuka. La bande dessinée est à son apogée. Elle ne cesse d’évoluer. L’humour n’est plus le but, l’aventure prend place. Les autorités, jugeant la BD vecteur de violence, ont tenté de freiner son évolution en imposant des contrôles. Mais, elles n’y sont pas parvenues. Les décennies suivantes voient l’arrivée de la bande dessinée pour adulte. Plusieurs genres et styles apparaissent : science-fiction, roman graphique, etc. Depuis, la BD s’est affirmée comme un art légitime en imprégnant tous les domaines.

Les différents genres de la bande dessinée

Tout comme au cinéma ou en littérature, le neuvième art se décline en plusieurs genres :

  • L’humoristique : ici, c’est le comique de situation, l’autodérision ou la parodie qui sont déployés. C’est l’exemple de  » Les Schtroumpfs ou The Lapins Crétins « .
  • Le Western : comme au cinéma, on y retrouve les cow-boys, les shérifs, etc. C’est l’exemple de Luky Luke ou Buddy Longway.
  • L’aventure : le point est mis sur le voyage, l’action, l’aventure. C’est l’exemple de Tintin, Astérix.
  • L’historique : il raconte un récit historique à l’aide des images. Maus, en est un exemple.
  • L’Héroïque fantasy : il met en scène, des héros lancés dans une quête.
  • La science-fiction : c’est un mélange entre la réalité et la fiction. Il met en scène des héros, des extra-terrestres.
  • Le comics trip : il apparaît souvent dans la presse. C’est une BD qui raconte une histoire, en une ligne ou quelques cases.
  • Le Manga : genre japonais, il est en noir et blanc et se lit souvent de la droite vers la gauche.